Achat de toutes oeuvres de Louis-Philipe HEBERT / Buy all works of Louis-Phillipe HEBERT

Louis-Philippe Hébert est le troisième enfant d'une famille de onze. En septembre 1869, Louis-Philippe Hébert quitte sa famille pour aller à Rome avec le 5e détachement de zouaves canadiens, l'armée volontaire du Pape. Il profite donc de ce séjour en Europe pour se familiariser avec les nombreux attraits touristiques de la région. Onze mois plus tard il revient au pays.

En 1872 – 1873, Louis-Philippe Hébert s'initie à la sculpture sur bois auprès d'Adolphe Rho. Puis en 1873, il gagne un concours de sculpture où Napoléon Bourassa l'invitera comme apprenti dans son atelier. Il continuera sa formation artistique en suivant des cours de dessins puis en travaillant avec Bourassa dans ses projets. Louis-Philippe travaillera selon les plans de Bourassa et l'aidera à réaliser la décoration intérieure de la chapelle Notre-Dame-de-Lourdes de Montréal. En 1879, ils travaillent tous deux à la conception de la maquette d'un monument à Paul Chomedey de Maisonneuve1.

Il continuera de travailler conjointement avec Napoléon Bourassa par la suite, ils partageront tous deux un atelier, mais Hébert partira à son compte comme artiste sculpteur. En 1880, il est nommé membre officiel de l'Académie royale des Arts du Canada et il reçoit aussi une commande, sa première commande officielle : celle du monument à Salaberry inauguré à Chambly le 7 juin 1881. Par la suite, il envoie une maquette pour l'érection d'un monument dédié à Sir George-Étienne Cartier et son projet est retenu par le gouvernement, c'est ainsi qu'il lança sa carrière artistique2.

En 1882, il participe à la finition intérieure de la quatrième église de Champlain, dont la décoration avait été confiée à François-Édouard Meloche. Hébert livre les sculptures ornementales des confessionnaux et du baptistère, les consoles qui soutiennent les stations du chemin de croix ainsi que les modèles qui ont servi à couler en plâtre les chapiteaux et en métal les grilles de la balustrade du chœur et des jubés3.

Louis-Philippe Hébert érigea plusieurs monuments commémoratifs au cours de sa carrière et ce sont ces monuments qui ont caractérisé sa carrière. En 1890 il érigea le monument de Frontenac, le groupe des AbénaquisLord Elgin et Religion et Patrie au parlement de Québec. Il érigea aussi au parlement de Québec des monuments à Michel de Salaberry en 1894, à Montcalm en 1894, à Wolfe en 1894 et à Lévis en 1896. Il conçut aussi divers autres monuments un peu partout au pays, dont le monument à Paul Chomedey de Maisonneuve en 1895, celui de John A. Macdonald en 1895, d'Octave Crémazieen 1906, de Victoria en 1907, de Mgr de Laval en 1908, de Jeanne Mance en 1909, de Pierre Le Gardeur de Repentigny en 1910 et de Madeleine de Verchères en 19134. Il sculpta aussi, en 1909, un buste de Mère Marie-du-Sacré-Cœur, fondatrice des Sœurs du Bon-Pasteur de Québec.